Le 3615 Ulla ne répond plus

C'est une page importante de l'histoire française qui se tourne aujourd'hui. Comme vous l'avez peut-être déjà entendu, le gouvernement vient de débrancher le Minitel après plus de 30 ans de bons et loyaux services.

À la fin des années 80, la France est en retard au niveau de l'informatique et
France Telecom, c'est comme le Port Salut !
des télécommunications et va s'engager dans une aventure folle : se lancer dans la télématique soit l'alliance d'ordinateurs et de réseaux. Certes la France ne sera pas la seule à tenter d'imposer ce nouveau mode de communication mais notre beau pays sera l'un des seuls dans lequel cette idée fonctionnera. En partie grâce au Kiosque qui permet de faire du Minitel une très grande réussite économique : chaque fois que vous payiez pour un service, 11 vingtièmes du prix allait au service en question et le reste à la Direction Générale des Télécommunications (en gros l'ancêtre de France Télécom si on veut aller vite).

C'est ainsi qu'une myriade de services ont envahi le Minitel, plus ou moins utiles évidemment. On pense bien entendu au 3611, l'annuaire qui, nouveauté inimaginable dans les années 80-90, était mis à jour quasiment immédiatement : plus besoin de passer par les volumineux bottins téléphoniques. On se souvient aussi que dans ces temps reculés, les lycéens pressés qui venaient de passer le bac pouvaient aller voir s'ils avaient leur
L'invasion des Minitels ! Ahhhhhh
fameux sésame sur le Minitel. De la même façon, certains d'entre vous se rappellent peut-être qu'il fallait l'utiliser pour s'inscrire à la fac. Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ont à peine connu bien sûr.

Mais surtout le Minitel restera à jamais associé à ces fameuses messageries roses* qui ont aussi fait son succès : on raconte qu'entre un tiers et la moitié du trafic était lié à ces messageries. Pour la petite histoire, la presse qui avait peur de ce nouveau venu qui allait lui piquer ses recettes publicitaires et ses informations exclusives (oui à l'époque déjà...) avait réussi à négocier que seuls les détenteurs d'un numéro de commission paritaire aient le droit d'exploiter ce fameux 3615**. Ce qui a eu deux conséquences : la presse s'est en partie financée par la messagerie rose (3615 Aline pour le Nouvel Obs) et des fanzines tirés à quelques exemplaires ont été créés pour obtenir ce numéro et in fine se lancer dans le business. C'est ainsi que Xavier Niel, fondateur de Free, a fait fortune...

 

Au niveau culturel, le Minitel aura laissé de grands souvenirs. On pense évidemment à la photo du nouveau Président de 1981, François Mitterrand, qui défile sur un écran de Minitel.

 

On pense évidemment au fameux 3615 Ulla, du nom de ce service érotique qui existait encore hier et ramenait pas moins de 20.000 connexions par jour !

N'oublions pas bien sûr les célèbres 3615 Code Qui n'en veut des Deschiens :

Aujourd'hui ce sont surtout les défenseurs de l'internet libre qui utilisent ce terme de Minitel. Ce dernier représente en effet ce que le web ne doit pas devenir : un service centralisé dépendant du bon vouloir d'une firme au contraire d'un service décentralisé, incontrôlable***. Au final les modèles d'applications comme l'AppStore d'Apple (70 % des recettes pour le concepteur, 30 % pour la pomme) ou encore les réseaux sociaux (coucou Facebook) qui visent à faire passer tout ce que vous partagez par leur page d'accueil n'ont jamais autant ressemblé au Minitel. Ne laissez pas internet devenir un Minitel 2.0.

 

* dont les animatrices étaient parfois des animateurs (voir l'article sur Owni)
** voir la vidéo de l'INA
*** voir, par exemple, l'article sur ecrans.fr

PS : Toutes les images illustrant cet article sont sous Licence Paternité Creative Commons et sont issues du Flickr de believekevin.

Une grande partie des informations de cet article provient de la très bonne émission Place de la toile du 31 décembre 2011 intitulée 2012, la fin du Minitel.

A propos de l'auteur

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

5 commentaires

  • naweug

    30/06/2012 à 10h01

    Répondre

    Quand j'ai passé le BAC, j'ai effectivement regardé mes résultats sur le Minitel... et je me suis inscrite en fac avec.. et le 3611, qu'est ce que c'était classe !
    L'article de JM Manach sur OWNI est très intéressant, et évidemment drôle quand on sait pour quoi il milite aujourd'hui.http://television.krinein.com/3615-ulla ... 19241.html

  • cubik

    30/06/2012 à 11h25

    Répondre

    pareil, j'ai du utiliser le minitel de la voisine pour mes resultat de bepc, il me semble
    pour le bac, je me suis deplacé

  • hiddenplace

    30/06/2012 à 12h53

    Répondre

    Pour le bac, je me suis déplacée (ambiance gros stress, mais en groupe plutôt que toute seule ), mais je me suis bien inscrite à la fac via le minitel. Mais si l'on omet une paire de fois où j'ai utilisé le 36 11, c'est bien les rares usages que j'en ai faits (pareil pour le reste de ma famille), la plupart du temps, le minitel prenait la poussière dans un coin^^

  • Islara

    30/06/2012 à 19h24

    Répondre

    Woh, en voilà un bel article, qu m'a appris plein de choses.

    En tout cas, même nostalgie chez moi. Non seulement, j'y ai vu mes résultats du bac (ça ne donnait pas les mentions d'ailleurs) + fait mon inscription à la fac, mais j'y ai surtout trouvé ma première aide de jeux vidéos, en postant un message sur une espèce de forum, je crois que c'était joystick à l'époque. On a mis 3 jours à me répondre, mais ça m'a sauvé la vie sur un jeu.

  • nazonfly

    30/06/2012 à 23h45

    Répondre

    Perso pour le bac j'aurais bien attendu mais j'avais un pote impatient. Et comme le minitel ne marchait pas, on est allé dans un autre lycée à 30 bornes du nôtre...

    Je crois que je n'ai utilisé le bidule que pour mes inscriptions en fac. Faut dire que je n'en avais pas.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques