3/10

24 - Saison 6

Après une saison 5 bonne à se damner, Jack Bauer est revenu, messianique et sacrificiel. Alléluia ? Jouez hautbois, résonnez musette ? Euh... Rangez plutôt vos instruments.

La montagne a accouché d'une souris. Après une saison 5 bonne à se damner, Jack Bauer est revenu, messianique et sacrificiel. Alléluia ? Jouez hautbois, résonnez musette ? Euh... Rangez plutôt vos instruments. Vraiment.

Yeah !

Ceci n'est pas Corbier (© Fox)
Ceci n'est pas Corbier (© Fox)
Tout avait pourtant bien commencé. Des terroristes islamistes fondamentalistes avaient profité de l'absence de Jack Bauer, retenu dans les geôles chinoises, pour mettre à sac les Etats-Unis. Rames de métro et bus qui pètent, cela pendant 11 semaines. Du bonheur pour les caméras des chaînes d'infos en continu, de la terreur pour la population. Acculé car totalement impuissant, l'exécutif américain décide de négocier avec l'Axe du Mal. La tête de Jack contre l'homme derrière les attaques. Affaibli et arborant une barbe de 18 mois, l'agent d'élite se prépare enfin à "mourir pour quelque chose".

Bateau ? Clair, mais quelle joie de retrouver Jack Bauer après une si longue absence, surtout dans un contexte anxiogène rarement vu au commencement d'une saison. Terrifiante peur de notre XXIe siècle, l'attentat suicide dans les transports en commun possède l'éclat terne de ces images de la vraie vie, vomies à longueur de JT. Difficile ainsi de rester insensible à l'effet de panique généré, à cette sensation de perte de repères mise en perspective au travers de nombreuses scènes montrant une population américaine hagarde d'incompréhension ou un bureau ovale boiteux de paranoïa sécuritaire.

Gné ?

(© Fox)
(© Fox)
Alors que 24 aurait pu s'attacher à cet aspect, le scénario est parti s'enfoncer dans une fange digne d'un bien mauvais James Bond. Car il faut être honnête, cette saison 6 a peut-être été la pire de l'histoire. Dans leur folle cavalcade, Jack Bauer et le téléspectateur ont croisé un ado encore plus bête que Kim, des "choses personnelles" incroyables, que seul cet adolescent a dû trouver crédibles, des problèmes de ménages à s'arracher les cheveux et des intrigues politiques jamais vues car complètement incohérentes. Rassurez-vous, aucun cougar n'apparait pour autant et aucun avion furtif n'a été volé en lousdé. En revanche, les enlèvements sont légions.

Cette saison de 24 a néanmoins connu de beaux moments, notamment ces scènes de panique dans les rues de la banlieue de Los Angeles à donner des frissons, quelques bons gun fights et un climax apparu à la fin de l'épisode 17. Puis rien, le manège s'est arrêté, à peine a-t-il redémarré à travers une (trop courte) orgie pyrotechnique, bien jouissive avouons-le, et un épilogue/dialogue avec une vielle connaissance replaçant Jack dans tout son malheur social et affectif, mû par sa seule pulsion héroïque.

Janvier ?!

(© Fox)
(© Fox)
Il faudra attendre janvier 2008 pour retrouver Jack Bauer et espérer le retour de la tension moite et des rebondissements qui tordent les boyaux. En bons fans de 24 malgré tout, consolons-nous avec le mea culpa de David Fury, coproducteur délégué, qui répondait, via TVWeek.com, à un article peu enthousiasmant du Los Angeles Times : "L'année a été très retorse pour nous, ça a été très dur. C'est la sixième saison de la série... vous essayez de garder les choses intéressantes, de trouver de nouvelle façon de raconter l'histoire, et malheureusement on a un peu (ndlr : !) fini dans la redite.". Et d'ajouter : "Des fois on prend les bonnes décisions, d'autres fois, non. Malgré le déclin qualitatif et ce que les gens en disent, je continuerai quand même à clamer que la série est très forte et reste un des meilleurs moments de télévision".

Les showrunners de la série ont semblent-ils, entre mauvaise foi, compris la leçon. Pour s'en convaincre, on peut prêter une oreille aux premières rumeurs qui indiquent notamment le rupture des liens entre Jack Bauer et la Cellule anti-terroriste, ce lieu, il est vrai, peuplé de cas sociaux et parfait exemple de porosité sécuritaire...

Enfin, si cette saison a déçu, on sait bien que le charismatique héros solitaire aux longues journées a prouvé maintes fois sa capacité à renaître de ses cendres. Alors à bientôt Mister Bauer (à lire avec un accent, ne nous demandez pas pourquoi).

Partager cet article

A propos de l'auteur

    7 commentaires

    • JC

      26/10/2006 à 20h10

      Répondre

      Que dire sinon que les mois d'ici janvier vont être très longs.

      En tout cas au vu du trailer, c'est peut-être la première fois que la menace terroriste est crédible.

      Jesus + Jack Bauer = 1

    • Anonyme

      15/07/2007 à 16h33

      Répondre

      c'est dure d'entendre des critique sur une série comme 24h parceque il ya tjrs de l'imprévu c'est captivant franchment je n'ai jamais été déçu tjrs à la hauteur en tout cas pr bauyer il joue tellement bien qu'oon ne s'enlace pas

    • Anonyme

      24/01/2008 à 18h02

      Répondre

      Eh bien non, la sixième saison est très bonne !


      Encore mieux que la cinquième et surtout sur un concept extraordinaire (en temps réel !)


      Jack est là et longue vie à lui, si seulement les auteurs se remettent au boulot ! Snif !

    • Anonyme

      24/01/2008 à 20h26

      Répondre

      la saison 6 est un résumé des 5 premières. Rien de nouveau, rien de surprenant. Espèrons que les mois de grèves des scénaristes vont leurs remetre les idées en place et de créer enfin de nouvelle choses

    • Anonyme

      05/05/2008 à 02h53

      Répondre

      de pire en pire,c comique a la longue.

    • Anonyme

      09/10/2008 à 14h14

      Répondre

    • Anonyme

      01/11/2008 à 18h45

      Répondre

      c'est digne des grandes fictions, j'attend la nouvelle saison avec impatience

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

    Rubriques