8.5/10

24 - Saison 3

Los Angeles, ville maudite

La ville de Los Angeles n'a décidemment pas de chance. Alors qu'elle s'apprêtait à vivre une journée comme une autre, excepté le débat pour le présidentiel qui devait s'y dérouler, des méchants terroristes viennent encore tout perturber. Après la tentative d'attentat sur le futur président et le risque d'explosion nucléaire, elle est cette fois-ci menacée par la diffusion d'un virus hautement mortel. La cellule antiterroriste qui a entre temps engagé Kim "Boulet" Bauer est en effervescence. Quant à son bourrin de père, il s'occupe de l'emprisonnement d'un grand chef mafieux mexicain qu'il vient de trahir. Il s'en passe des choses, n'est ce pas ? Vous n'avez encore rien vu...

Ça c'est du suspense !

Après l'excellente et quasi parfaite deuxième saison, 24 revient en force pour la troisième fois, plus décidé que jamais à surprendre le téléspectateur coûte que coûte et installer une sacrée tension. Et ils ont bien raison, l'effet 24 fonctionne toujours autant. La série ne cesse d'accrocher et il serait impensable de sauter un épisode ou d'arrêter en cours de route tellement l'action y est incessante et prenante. La caméra "made in 24" y est pour beaucoup, filmant comme si les personnages étaient espionnés et qu'il allait se passer quelque chose d'incroyable à chaque séquence. Il faut d'ailleurs avouer que c'est ce qui arrive fréquemment. Encore plus que lors des deux premières saisons, les événements s'enchaînent à toute allure et la série ne recule devant aucune situation ou impossibilité. C'est l'état d'esprit 24 : tout et n'importe quoi peut s'y passer. Si vous l'acceptez vous allez adorer !

Mais c'est aussi n'importe quoi

Toutefois, si vous n'adhérez pas à ce genre, cette saison va beaucoup vous décevoir puisqu'elle donne dans l'invraisemblance pure et dure. Alors que la saison 2 possédait une certaine cohérence malgré quelques énormités, la saison 3 représente l'inverse. Tout s'enchaîne à cent à l'heure d'une manière parfaite (ou presque) entre chaque épisode mais lorsqu'on prend l'ensemble, c'est le bazar le plus total. Il faut savoir que les scénaristes n'ont pas d'idées prédéfinies avant d'écrire l'histoire. Tout se fait au fur à mesure et comme leur but est de surprendre au maximum, le scénario est totalement décousu mais arrive à passionner.

Mieux vaut en rire

Il faut en fait prendre la série au second degré. De cette manière, on peut se délecter d'un très haut niveau comique. Les personnages sont tous des surhommes. Dormir, manger, souffrir ? Ils ne connaissent pas. Quand on bosse pour la sécurité des Etats-Unis, on a autre chose à faire. C'est encore meilleur lorsque les acteurs ne sont pas terribles (regardez bien le jeu de Hector). La quasi intégralité du travail de la cellule antiterroriste est effectuée par 2 ou 3 personnes (mais à quoi servent les autres ?) et les scénaristes adorent jouer avec (comme si un employeur ne connaissait pas la situation familiale de ses employés, surtout quand on bosse dans un secteur aussi secret). La voiture est aussi rapide qu'un hélicoptère et ils traversent toute la ville en un clin d'oeil (surtout LA !). Bref, comme d'habitude, il s'en passe des choses insensées en 24 heures. C'est un des points forts de la série, en plus d'être pris dans l'histoire, on arrive aussi à en rire. Le potentiel comique de cette série est trop souvent ignoré.

La saison 3 de 24 en montre toutes les forces et les faiblesses, la série tombant à pieds joints dans tous ses pièges. D'un côté elle captive incroyablement et de l'autre, à force de proposer des situations incroyables, elle en devient risible et dénuée de sens. Le niveau de la saison 2 n'est pas atteint. Il n'en reste pas moins un divertissement de haute facture toujours aussi génial pour mêler action, tension, suspense et humour (involontaire mais humour tout de même).

Partager cet article

A propos de l'auteur

3 commentaires

  • Edgar Z.

    09/02/2005 à 13h51

    Répondre



    Tu as raison c'est sous cet angle qu'il faut regarder la série.
    Moi je trouvais ça plausible que Jack Bauer soit juste un chic type malchanceux dans un monde ou il se passe des catastrophes à chaque fois que la grande aiguille arrive sur le 12, alors je me faisais du mauvais sang pour lui.
    La prochaine fois je tomberai pas dans le panneau.

  • Shanks Dulacre

    09/02/2005 à 16h54

    Répondre

    Ouai pauvre Jack ; J'ai juste eu l'occasion de voir les 3premiers episodes pour l'instant (malheuresement) Mais il beaucoup plus de problemes qu'avant (surtout spychologique) mais rien de surprenant avec tout ce qu'il .Et je pense que les scenaristes ont vraiment mis un accent particulier á nous le montrer.
    Mais bon twenty four c toujours si fort et encore aussi captivant.
    GO GO GO Jack fait les voir a ces mechants terroristes.

  • yulara

    09/02/2005 à 17h59

    Répondre

    pour moi la saison 3 est meilleure que la 2 mais ne vaut pas la 1 (et oui, il n'y a plus l'effet de surprise).

    le scenario est bien sur toujours aussi invraisemblable, mais c'est le lot de toutes ces series à sensation/action/rebondissement, il n'y a qu'à regarder Alias...
    le montage est lui aussi toujours ultra efficace, avec toujours ces 5 dernieres minutes qui font qu'on ne peut que regarder l'episode suivant...
    la prise de vue est toujours aussi nerveuse...
    bref, techniquement, c'est du 24.

    mais ce que j'ai le plus apprécié dans cette saison, c'est qu'on voit apparaitre certaines faiblesses chez les protagonistes, ils ne sont plus "que" des surhommes et je trouve que ça les rend beaucoup plus interessants et parfois meme touchants.
    pour moi c'est le vrai plus de cette troisieme saison.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

Rubriques