24 heures chrono - Saison 6 - Preview

Tic tac, c'est l'heure de Jack. Après une saison 5 au sommet, l'agent antiterroriste le plus nerveux de la planète revient. Pour le meiileur ou pour le pire ?

Chaque année, les scénaristes de 24 avalent un clown encore plus énorme que la saison passée. Un clown triste, il s'entend. Pour un nouveau grand huit mêlant stress addictif et poilade joviale. Le début de cette sixième saison du thriller en temps réel ne déroge pas à la règle. L'agent de la Cellule antiterroriste, Jack Bauer, est de retour et il est prêt à sauver les Etats-Unis en 24 heures chrono, encore une fois.

Bring back Jack !

Jack, ramène ton boul', on est dans le pétrin
Jack, ramène ton boul', on est dans le pétrin
(© Fox)
Vous croyez que ça se passe comment quand Jack Bauer est absent ? Ceux qui ont répondu "bien" peuvent cliquer sur la croix en haut à droite. Lorsque Jack n'est pas là, les terroristes dansent avec une ceinture de Semtex autour de la taille. Ca fait 11 semaines que ça dure. Les bus pètent, les métros explosent, les Etats-Unis sont un feu d'artifice de chair et de sang. Face à ça, le sempiternel "on ne négocie pas avec les terroristes !" part en fumée. Les autorités décident de procéder à un échange : la tête de Jack Bauer contre la localisation de l'homme derrière les attaques. Revenu d'on ne vous dira pas où, le meilleur équarrisseur de Los Angeles vit plutôt bien son trépas annoncé, il pourra enfin "mourir pour quelque chose". Bien sûr, la dernière heure de Jack n'est pas pour tout de suite.

Fear factory

Chaud sujet que la menace de 24 cette année. En portant leur choix sur une vague d'attentats suicides islamistes, les scénaristes réveillent des douleurs vivaces dans les esprits : 11 septembre 2001, Etats-Unis ; 11 mars 2004, Espagne ; 7 juillet 2005, Royaume-Uni. Une trame qui rapproche cette sixième saison des jours 2 et 4, soit le meilleur et le pire.

Jack Bauer en route vers son destin
Jack Bauer en route vers son destin (© Fox)
Au terme de six épisodes, il est encore trop tôt pour savoir de quel côté la balance penchera. Une saison de 24 s'analyse sur son ensemble, comme s'est laissée déguster la formidable saison 5. On ne vous révèlera rien sur le reste de l'intrigue mais avouons que l'encouragement est de mise. La caricature du méchant musulman a déjà laissé place au thème qui fait tout le sel de la série à savoir la description d'une Amérique corrompue, du noyau politique à la particule humaine. Travail, famille, patrie : tous pourris. La bannière étoilée a beau flotter en image subliminale lorsque Jack effectue ses missions, il s'y attelle comme un fonctionnaire zélé, borné, dépassé. Un docteur maboul incapable de faire autre chose que soigner un pays malade par la peur de l'Autre à grands coups de saignées. Pitoyable d'überhéroïsme, il s'affirme encore comme la plus belle carcasse jamais trimballée sur la télévision.

Pro et anti

Ceux qui reprochent à 24 sa tendance au n'importe quoi devront zapper cette nouvelle saison. Derechef, les scénaristes ont sacrifié le réalisme au profit des sensations fortes. Complètement folles, les péripéties enchaînent les guests, font revenir les disparus, superposent les crises et intègrent des ressorts familiaux dignes de Plus belle la vie. Pour mieux, heureusement, les recouvrir d'un sac plastique au final.

La Mort : 0 ; Jack : 6
La Mort : 0 ; Jack : 6 (© Fox)
Toujours là, le suspense, la grande force de 24, atteint des niveaux paroxysmiques prouvant que la série reste une des seules, voire l'unique, capable de filer une crise cardiaque au téléspectateur. Au stress s'ajoute également ces scènes fortes si caractéristiques comme un nouveau Président désemparé, un nuage de fumée persistant, des rues désertes anxiogènes ou, à l'opposé, une panique collective en plein quartier résidentiel.

Pour conclure, la saison 6 de 24 est déjà une pépite d'hédonisme pour fans de Jack Bauer. Il faudra cependant attendre mai pour savoir si, passée la jouissance de l'instant, les scénaristes nous auront mis une grosse tatane digne de la saison 5. Croisons les doigts.

A découvrir

Kevin Hill - Saison 1

Partager cet article

A propos de l'auteur

    7 commentaires

    • JC

      26/10/2006 à 20h10

      Répondre

      Que dire sinon que les mois d'ici janvier vont être très longs.

      En tout cas au vu du trailer, c'est peut-être la première fois que la menace terroriste est crédible.

      Jesus + Jack Bauer = 1

    • Anonyme

      15/07/2007 à 16h33

      Répondre

      c'est dure d'entendre des critique sur une série comme 24h parceque il ya tjrs de l'imprévu c'est captivant franchment je n'ai jamais été déçu tjrs à la hauteur en tout cas pr bauyer il joue tellement bien qu'oon ne s'enlace pas

    • Anonyme

      24/01/2008 à 18h02

      Répondre

      Eh bien non, la sixième saison est très bonne !


      Encore mieux que la cinquième et surtout sur un concept extraordinaire (en temps réel !)


      Jack est là et longue vie à lui, si seulement les auteurs se remettent au boulot ! Snif !

    • Anonyme

      24/01/2008 à 20h26

      Répondre

      la saison 6 est un résumé des 5 premières. Rien de nouveau, rien de surprenant. Espèrons que les mois de grèves des scénaristes vont leurs remetre les idées en place et de créer enfin de nouvelle choses

    • Anonyme

      05/05/2008 à 02h53

      Répondre

      de pire en pire,c comique a la longue.

    • Anonyme

      09/10/2008 à 14h14

      Répondre

    • Anonyme

      01/11/2008 à 18h45

      Répondre

      c'est digne des grandes fictions, j'attend la nouvelle saison avec impatience

    Participer à la discussion

    Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

    Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

    Krinein Médias, ou comment parler des séries TV, qu'elles soient américaines, françaises ou d'ailleurs, avec une certaine intelligence (rien que ça). Mais la critique touche aussi les émissions de la télévision, les magazines, la radio...

    Rubriques