A DECOUVRIR

Fermeture de Megaupload : le début de la fin ?

Megaupload, un nom qui résonne comme le chant du cygne pour tous les adeptes du direct download, cette discipline qui consiste à récupérer des fichiers partagés par d'autres, sans passer par un réseau peer to peer (p2p), mais en http, directement via le navigateur de l'internaute. Mais aussi un nom associé au streaming, cette pratique qui consiste à regarder des vidéos en ligne, sans les télécharger.

Il faut dire que depuis l'avènement des mesures répressives pour lutter contre le piratage, avec notamment le flicage sur les réseaux p2p par Hadopi en France, les internautes pirates ont pris peur et se sont mis, soit au streaming (souvent via Megavideo, site de streaming de MegaUpload), soit au téléchargement direct, considéré comme plus safe.


Kim DotCom le boss de Megaupload.

Megaupload a donc vu rameuter vers lui des milliers d'internautes qui ont rapidement vu les limites du service gratuit : un quota de téléchargement journalier et une limite de visionnage par 72 minutes ont poussé tout le monde vers des abonnements payants. Oui, payants ! L'internaute est prêt à payer pour avoir la pérennité de regarder et télécharger sans limite... Ça fait réfléchir.

Et on ne parle pas forcément d'usage illégal, même si, ne nous voilons pas la face, cela devait être une utilisation très répandue du service. Mais Megaupload, en jouant son rôle d'hébergeur et en supprimant les fichiers sous copyright rapidement après signalement, était théoriquement blanc comme neige, sans compter un projet dans les tuyaux : la Megabox, un système destiné à rémunérer à hauteur de 90% (sur combien ?) les auteurs des œuvres téléchargées.

Hauts les mains !

Mais le 19 Janvier dernier, le FBI décide de fermer Megaupload et ses sites liés. Pourquoi ? Parce que les hautes autorités américaines estiment que Megaupload incitait au piratage, le favorisait, en ne supprimant pas systématiquement dans un délai raisonnable tous les fichiers sous copyright qui étaient portés à leur connaissance. Sans compter les accusations de blanchiment d'argent... Le dossier du procureur est d'ailleurs accablant : les mails (apparemment hébergés sur des serveurs états-uniens) échangés par les principaux accusés, montrent clairement qu'ils payaient certains internautes qui uploadaient des contenus piratés, qu'ils avaient pour but de copier tout le contenu de Youtube, qu'ils montraient de la mauvaise volonté à effacer certains contenus qu'on leur signalait (notamment ceux de petites sociétés ou de sociétés étrangères). Et ne parlons même pas des 64 comptes hébergés dans des paradis fiscaux...


Les stars aiment Megaupload.

Si je recule...

Ce qui est important dans cette affaire est de prendre un peu de recul :

- si le FBI peut prouver que Megaupload est coupable, on peut considérer que la fermeture est peut-être justifiée ;

- on peut s'étonner largement que la fermeture soit effective avant même le jugement. Si les crimes ou délits sont les faits d'un tiers de la société, pourquoi punir la société entière ? Personne ne pourrait reprendre le service et l'assainir ? D'autant plus que la société étudiait sérieusement la mise en place d'une nouvelle offre, appelée MegaBox, qui aurait rémunéré les auteurs.

- SOPA et PIPA sont dans les tuyaux. Une partie controversée de ces lois était la possibilité de faire fermer complètement un site juste pour un seul copyright non respecté en ligne. On vient d'avoir la preuve que même sans ses lois, l'arsenal répressif peut s'exercer. Pourquoi vouloir le renforcer ?

Les mouvements de Google, Facebook et autres entreprises états-uniennes, et même des sites à but non-lucratif comme Wikipedia, ont permis la suspension de ces lois (pour combien de temps ?). En Union Européenne, l'Accord Commercial Anti-Contrefaçon (ACTA, ou ACA dans la langue de Shakespeare) a été signé hier. Lisez l'article de Wikipedia lié ci-dessus, c'est assez effrayant.

- Certains avaient une activité légitime sur Megaupload : partage de photos de vacances, diffusions de films en possédant les droits, etc. Tout est fermé, tout est perdu, et peut-être de façon définitive. En filigrane se pose la question du Cloud, l'hébergement à distance. Quid de nos données s'il est aussi facile de fermer un site pour telle ou telle raison ?

Depuis la fermeture de MegaUpload, un mouvement, mené par les Anonymous (comme leur nom l'indique, un mouvement intangible et non identifié), fait tomber les uns après les autres les sites gouvernementaux, de répression (type Hadopi) ou de maisons de disque (Universal).


Le jet, le costume blanc. C'est la classe moi je dis !

Et maintenant ?

Après la fermeture de MegaUpload, différentes voix se sont élevées pour féliciter la nouvelle (Nicolas Sarkozy, le directeur du Syndicat National de l'Édition Phonographique), tandis que d'autres l'ont, au contraire, accueillie avec plus de circonspection (Jérémie Zimmerman, co-fondateur de la Quadrature du Net).

Il faut dire que la fermeture de Megaupload est à la fois le symbole de la lutte contre une industrie mafieuse loin du partage de fichiers à la P2P (rappelons ici que le fameux Kim Dotcom a gagné pas moins de 42 millions de dollars en 2010, soit 42 fois plus que le salaire de Pascal Nègre) mais qu'en même temps, elle est le symbole de la volonté des gouvernements de contrôler l'internet libre.

Dans le contexte de changement politique un peu partout dans le monde (en France notamment), la question de la liberté sur internet et des droits d'auteurs (pas seulement limités à la musique et au film, voir l'article d'OWNI sur la photographie) s'invite brusquement, et même dans la campagne présidentielle française, au même titre que la crise ou le nucléaire. François Hollande se prononce ainsi en faveur d'un arrêt de la riposte graduée et un financement de la culture reposant sur les usagers et les acteurs de l'économie numérique. Il reste à nos politiques (gloire à eux) et aux acteurs de la vie culturelle de définir ce que peut être l'industrie culturelle sur l'internet. Si la question est facile à poser, les réponses sont loin d'être évidentes.


M'en fous, je suis numéro 1 mondial de Call Of Duty Modern Warfare 3

On prend pas les mêmes et on recommence

En tout cas, pendant ce temps-là, les internautes téléchargeurs de musique ou visionneurs de séries US ont vite changé leur fusil d'épaule : le P2P redémarre après avoir connu une sérieuse baisse. Comme le dit l'adage, les pirates auront toujours de l'avance.

Partager cet article

A propos des auteurs

Guillaume est le fondateur et le rédacteur en chef de Krinein. Curieux et passionné par la culture au sens large, il poursuit sa route sur les chemins tumulteux de la critique culturelle.

Intéressé par beaucoup trop de sujets, nazonfly est en charge de la partie Musique Krinein depuis quelques années. Ce qui ne l'empêche pas de visiter les territoires des livres, du cinéma, des médias et même de sciences et tech.

69 commentaires

  • Lanfeust_deTroy1

    06/02/2012 à 15h12

    Répondre

    Ce qui me choque le plus à ce sujet, c'est pas tant le fait que ça ait été fermé (comme l'article le dit bien, faut pas être hypocrite, la majorité du contenu est illégal), mais plus la FORME.

    Genre, les USA arrivent comme des cowboys, et décident de fermer un site parce que bon, ça suffit, ils en ont marre.

    -> Et les gens qui l'utilisent légalement ? OSEF
    -> ça faisait 4% du trafic mondial, c'était le 14e site au monde ? OSEF

    De même, juridiquement, ça remet en cause la non-responsabilité des hébergeurs, chose qui pour moi devrait continuer à être garantie. Et la liberté (d'accès) à internet.

    Carrément honteux cette histoire oui. Et en plus, en agissant comme ça, ça va de toute façon rien changer aux mentalités ...



    ... des cowboys...http://television.krinein.com/fermeture ... 18073.html

  • cubik

    06/02/2012 à 15h34

    Répondre

    Lanfeust, je suis à peu près d'accord avec ce que tu dis, sauf pour un truc et ça, je crois que c'est toujours à mettre au crédit des étazuniens.
    Que ce soit le 14eme site du monde et qu'il fasse 4% du trafic internet, oui, on s'en fout. C'est pas parce qu'il est gros et populaire qu'il n'est pas sous le coup de la loi.
    Je sais que de la même manière, ça avait choqué les européens quand DSK s'était retrouvé menotté à la télé, mais, même si ce n'est que pour le show, ça montre bien que personne n'est au dessus de la loi.

    Après, pour ce qui est de la fermeture du site, du non-respect total du statut d'hébergeur ou de la simple présomption d'innocence, on est d'accord. Même si Megaupload n'est pas blanc comme neige, loin de là, le fbi a outrepassé ses droits.

    Par contre, l'histoire de Megabox, j'ai un peu de mal à y croire. J'aimerai beaucoup, mais je n'y crois vraiment pas. C'est une histoire qui est sortie un peu tard et qui donne le beau rôle, celui du martyr, à Megaupload. Vraiment, je doute.

  • nazonfly

    06/02/2012 à 15h43

    Répondre

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    De même, juridiquement, ça remet en cause la non-responsabilité des hébergeurs, chose qui pour moi devrait continuer à être garantie. Et la liberté (d'accès) à internet.


    D'après la lecture de l'acte d'accusation, je crois qu'il y a deux choses qu'il faut mettre en avant et qui me paraissent loin du seul statut d'hébergeur :
    1) MegaUpload rémunérait certains uploaders pour héberger du contenu illégal
    2) MegaUpload a eu une injonction concernant certains fichiers, fichiers qui étaient toujours dispo un an après.

    À mon avis de non-juriste, c'est dans ce sens que MU était finalement plus qu'un hébergeur.

    Pour lire les 72 pages, c'est par ici : http://www.scribd.com/doc/78786408/Mega-Indictment

  • Guillaume

    06/02/2012 à 15h58

    Répondre

    Ce qui m'a fait beaucoup rire c'est que quelques jours après la fermeture de megaupload, je recevais des communiqués de presse de sites de VOD légale se vantant d'avoir énormément plus de clients.
    Pas de chiffres précis bien sûr J'imagine le truc : wow, on avait 100 clients, maintenant on en a 200. C'est clair c'est énorme comme progression... Mais de là à en déduire que la fermeture de MU à mis fin au piratage et a pousser tout le monde à rentrer dans le droit chemin...

  • Lanfeust_deTroy1

    06/02/2012 à 16h00

    Répondre

    cubik a dit :
    Que ce soit le 14eme site du monde et qu'il fasse 4% du trafic internet, oui, on s'en fout. C'est pas parce qu'il est gros et populaire qu'il n'est pas sous le coup de la loi.

    -> Oui, c'est vrai, pour cet aspect, tout à fait d'accord avec toi.

    Disons surtout que je fais feu de tout bois car cette histoire m'a énervé...

    cubik a dit :
    Par contre, l'histoire de Megabox, j'ai un peu de mal à y croire. J'aimerai beaucoup, mais je n'y crois vraiment pas. C'est une histoire qui est sortie un peu tard et qui donne le beau rôle, celui du martyr, à Megaupload. Vraiment, je doute.

    -> Moi j'y crois, mais dans une certaine limite. A mon avis, c'est surtout un mauvais concours de circonstances car faut pas rêver, les reproches à faire à MU ne s'arrêtent pas à un projet légal.

    nazonfly a dit :
    D'après la lecture de l'acte d'accusation, je crois qu'il y a deux choses qu'il faut mettre en avant et qui me paraissent loin du seul statut d'hébergeur :
    1) MegaUpload rémunérait certains uploaders pour héberger du contenu illégal
    2) MegaUpload a eu une injonction concernant certains fichiers, fichiers qui étaient toujours dispo un an après.

    À mon avis de non-juriste, c'est dans ce sens que MU était finalement plus qu'un hébergeur


    Concernant la rémunération, à mon avis, ça peut être justifiable.
    Par contre, là ton point nr°2, j'étais pas du tout au courant et si c'est averé, là c'est carrément un gros foirage de MU et ils sont dans la m*** (l'hérbergeur est responsable s'il ne retire pas le contenu qu'il sait illégal)

    Bon, c'est mon avis de juriste, mais même en fana, je suis pas über-spécialiste du domaine, d'autant que là on arrive à
    Merci pour le doc, je le parcourais ce soir!

  • Guillaume

    06/02/2012 à 16h04

    Répondre

    Je viens de voir sur ecrans.fr que les données des utilisateurs ne sont finalement pas encore supprimées.
    A priori il devrait être possible, pour ceux qui utilisaient le service de façon légale, de récupérer, à terme, leurs fichiers.

  • gyzmo

    06/02/2012 à 16h24

    Répondre

    Ou, je sais pas, mais j'avais également lu que les fichiers étaient gardés au chaud jusqu'à mi-février pour laisser le temps aux abonnés de les récupérer. M'enfin bon. Le FBI et autres cow-boys de la terre ont du boulot sur la planche. Ça manque pas les sites de direct download avec des fichiers pirates dedans !

  • cubik

    06/02/2012 à 17h02

    Répondre

    Ben actuellement, les données sont inaccessibles.
    Le FBI n'y a pas accès et s'en fout.
    Le problème, c'est surtout que les fonds de MU sont gelés et que les hébergeurs réels (car oui, MU sous-traitait) ne reçoivent plus d'argent pour le service. Donc bon, on peut comprendre qu'ils veuillent faire de la place qu'ils louent à perte pour mettre de vrais clients dessus.
    De ce que j'ai lu, ce serait une ong (je ne sais pas laquelle) qui aurait permis ce délai supplémentaire.
    Mais bon, ca empêche l'effacement des données pour l'instant, mais elles ne sont pas accessibles pour autant.

  • Guillaume

    06/02/2012 à 17h12

    Répondre

    C'est surprenant : si une banque était fermée par le fbi pour une raison ou une autre, je doute qu'il aurait été envisagé ne serait qu'un instant qu'on puisse faire sauter les contenus des coffres plutôt que de les stocker en attendant une restitution.

    Mais je me trompe peut-être

  • Draly

    06/02/2012 à 19h19

    Répondre

    La méthode employée a beau ne pas être tolérable elle se justifie dans une certaine mesure. Le FBI cherche ici à enliser le DDL en effrayant les masses, un tel coup de théâtre était la seule option (évidemment là je ne vous apprends rien). Et effectivement ça a porté ses fruits (cf. Filesonic), mais on est bien loin des leurs pronostics. Le problème tient au fait que la nature même d'internet est le partage de données (quelles qu'elles soient) et ça de plus en plus de gens le comprennent, fatalement ce genre de méthodes a de moins et moins d'impact.

    Quant aux données personnelles je pense qu'elles finiront par être restituées à leur propriétaires (quand?), le contraire irait totalement à l'encontre de l'idéologie manichéenne américaine...

  • cubik

    06/02/2012 à 19h27

    Répondre

    En même temps, si le fbi a pu agir parce que MU a des bureaux en Virginie, ils n'ont pas accès aux données utilisateurs qui elles sont hébergées à l'étranger, soit hors juridiction.
    Tout ça dépend d'hébergeurs privés, simplement. Donc la récupération des données, c'est pas fait, je pense.

    Après, la méthode....
    Ca ou le tribunal façon Napster...

  • Jade

    06/02/2012 à 19h32

    Répondre

    Un article du Monde assez intéressant, émettait l'hypothèse que la fermeture de Megaupload serait motivée avant tout par la volonté du gouvernement, de plus en plus réticent aux SOPA et PIPA quelques jours avant leur adoption, de montrer aux majors du disque et du cinéma que l'arsenal juridique actuel est largement suffisant et beaucoup moins répressif. Je trouve cela intéressant, et assez rassurant dans un sens, d'autant que les conséquences n'auront pas été que néfastes.
    Une autre idée derrière cette fermeture de Megaupload était de faire cesser une situation illégale par tous les moyens possibles, en gardant à l'esprit que c'était avant tout une déclaration politique qui a été voulue forte, envers les pirates ('fini de rire !') et les ayants-droits ('on est avec vous !').

  • Draly

    06/02/2012 à 19h49

    Répondre

    Jade a dit :
    Un article du Monde assez intéressant, émettait l'hypothèse que la fermeture de Megaupload serait motivée avant tout par la volonté du gouvernement, de plus en plus réticent aux SOPA et PIPA quelques jours avant leur adoption, de montrer aux majors du disque et du cinéma que l'arsenal juridique actuel est largement suffisant et beaucoup moins répressif. Je trouve cela intéressant, et assez rassurant dans un sens, d'autant que les conséquences n'auront pas été que néfastes.


    Exactement, Megaupload est clairement un symbole, cette manœuvre a uniquement pour but de monter les lois ont prise sur l'internet (que ce soit vrai ou non n'est pas la question, l'important c'est qu'on le croit). Mais je doute que qu'elle aura un réel impact. Enfin c'est mon point de vue. (je pense que je vais aller voir cet article)


    En ce qui concerne les données dormantes, c'est pas fait c'est clair mais je suis quasi-sûr que ça le sera.

  • Guillaume

    06/02/2012 à 19h52

    Répondre

    Btjunkie a fermé by the way.

  • nazonfly

    06/02/2012 à 20h40

    Répondre

    cubik a dit :
    En même temps, si le fbi a pu agir parce que MU a des bureaux en Virginie, ils n'ont pas accès aux données utilisateurs qui elles sont hébergées à l'étranger, soit hors juridiction.
    Tout ça dépend d'hébergeurs privés, simplement. Donc la récupération des données, c'est pas fait, je pense.


    Le truc des serveurs, ce n'était pas très clair dans tout ce que j'ai pu lire. La source citée plus haut parlait d'un millier en Amérique du Nord, donc 450 rien qu'en Virginie (et notamment les serveurs de mail qui ont bien servi au FBI pour le coup). Il y en avait aussi quelques uns aux Pays Bas, en France... Mais ailleurs ???? Ce qui est sûr, c'est que les comptes bancaires étaient dans des paradis fiscaux

    Jade a dit :
    Un article du Monde assez intéressant, émettait l'hypothèse que la fermeture de Megaupload serait motivée avant tout par la volonté du gouvernement, de plus en plus réticent aux SOPA et PIPA quelques jours avant leur adoption, de montrer aux majors du disque et du cinéma que l'arsenal juridique actuel est largement suffisant et beaucoup moins répressif.


    Ah oui tiens je n'avais pas pensé à cette explication.

    En tout cas, l'antagonisme entre le monde de la culture et le monde d'internet est clair et marqué. C'est notamment vrai dans les débats de la Présidentielle où même dans un camp particulier, il y a affrontement sur ce que doit être l'internet.
    D'ailleurs personnellement j'ai du mal à voir où est la solution (s'il y en a une). Plus je lis des papiers (sur Owni par exemple), plus j'entends parler des gens, moins j'ai de certitudes.

  • cubik

    06/02/2012 à 22h11

    Répondre

    Surtout quand on voit que les offres légales se gargarisent de l'augmentation de leurs abonnés.
    Ca sent pas trop la remise en question.

  • Lanfeust_deTroy1

    07/02/2012 à 09h33

    Répondre

    nazonfly a dit :
    En tout cas, l'antagonisme entre le monde de la culture et le monde d'internet est clair et marqué

    -> Clairement !
    Le problème que j'ai surtout avec cette décision, c'est le fait qu'UN SEUL pays décide de bloquer, pour le monde entier, un site donné, et ce, sans bénéficier en plus d'aucune décision officielle d'un juge! Il y a bien qu'aux USA (Patriot Act, toussa toussa...) que c'est possible ce genre de chose arbitraire.

    Je vais pas vous faire le coup du "Il faut un internet libre" qui est juste une justification de mauvaise foi pour dire "je veux les trucs gratos", mais quand même, pour moi, internet doit rester accessible à tous, et certains principes primordiaux ne doivent pas être remis en cause (non responsablilité des hébergeurs, aucune main-mise d'un ETAT sur la toile, etc).

    Puis ça pose la question de l'hypocrisie ambiante :
    - La VOD à 5€ minimum le film (et encore, en France, nous en Belgique, c'est encore plus) pour ne pas pouvoir garder le média plus de 24h et n'avoir aucune mainmise dessus... (et sans compter la difficulté parfois existantes sur les DRM, etc si vous choisissez l'option média sur PC avec Media Player ou truc du genre).
    - Les artistes pas tant rémunérés que ça comparé à ce que reçoive les maisons de disques (évidemment, on ne parle pas ici des "très grands").
    - L'internet illimité proposé par de nombreux FAI (pourquoi ne pas opérer une taxation sur ces bénéfices là ? Et pourquoi proposer une telle offre ?! Qu'on ne me dise pas qu'on a pas une idée du pourquoi les gens veulent de l'illimité...)
    - La taxation sur les matériels de copies (cd-dvd-bluray-disques durs). Pourquoi prévoir une telle taxe ?


    Bref, quand on met tout ça ensemble, pour moi on se fout ouvertement de nous...

  • cubik

    07/02/2012 à 09h59

    Répondre

    euh, déjà, la vod en Belgique, c'est des prix équivalents à la France

    Ensuite, c'est bien beau de dire "Vive l'internet libre!" mais il faut bien qu'il y ait une loi qui s'applique quand même.
    Parce que là, on rigole gentiment au détriment des éditeurs sans trop penser aux artistes, mais le jour où on aura un vrai truc grave, genre des anonymous pédophiles, on sera bien content qu'un gouvernement (étazunien ou autre) intervienne rapidement et efficacement. On peut éviter discuter des raisons et de la forme autour de Megaupload, mais on ne peut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.
    Demander l'anarchie sur le web, c'est bien gentil, mais peut-être qu'on n'en voudra plus le jour où notre barre de tolérance est dépassée.

  • nazonfly

    07/02/2012 à 10h19

    Répondre

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    - La VOD à 5€ minimum le film (et encore, en France, nous en Belgique, c'est encore plus) pour ne pas pouvoir garder le média plus de 24h et n'avoir aucune mainmise dessus... (et sans compter la difficulté parfois existantes sur les DRM, etc si vous choisissez l'option média sur PC avec Media Player ou truc du genre).


    Quel serait le juste prix alors ? 1€, 2€, 1,2345 € ? Je fais une comparaison maladroite mais tu payes deux fois plus cher pour une place de ciné que tu ne gardes pas non plus (enfin si tu gardes la place, mais pas le film )

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    - Les artistes pas tant rémunérés que ça comparé à ce que reçoive les maisons de disques (évidemment, on ne parle pas ici des "très grands").


    Et apparemment c'est encore pire sur les téléchargements et streaming !

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    - L'internet illimité proposé par de nombreux FAI (pourquoi ne pas opérer une taxation sur ces bénéfices là ? Et pourquoi proposer une telle offre ?! Qu'on ne me dise pas qu'on a pas une idée du pourquoi les gens veulent de l'illimité...)


    Hé oh ! Pas touche à l'internet illimité ! Perso je consomme de l'internet sans télécharger illégalement. Je n'aimerais pas avoir à vérifier mon quota de download tous les mois juste parce que je passe ma vie sur internet !
    Quant à taxer les FAI (et Google et Youtube), il me semble que certains y pensent pour les prochaines élections françaises.

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    - La taxation sur les matériels de copies (cd-dvd-bluray-disques durs). Pourquoi prévoir une telle taxe ?


    Tiens vous avez ça vous aussi ?

    cubik a dit :
    Parce que là, on rigole gentiment au détriment des éditeurs sans trop penser aux artistes, mais le jour où on aura un vrai truc grave, genre des anonymous pédophiles, on sera bien content qu'un gouvernement (étazunien ou autre) intervienne rapidement et efficacement. On peut éviter discuter des raisons et de la forme autour de Megaupload, mais on ne peut pas jeter le bébé avec l'eau du bain.
    Demander l'anarchie sur le web, c'est bien gentil, mais peut-être qu'on n'en voudra plus le jour où notre barre de tolérance est dépassée.


    Les trucs graves (comme tu dis les anonymous pédophiles), il y en a déjà. D'ailleurs les Anonymous ont démantelé un tel réseau il n'y a pas si longtemps.
    http://www.eteignezvotreordinateur.com/ ... edophilie/
    Et les flics aussi.

    Anarchie, liberté... en voilà un beau débat bien long

  • Lanfeust_deTroy1

    07/02/2012 à 10h34

    Répondre

    Yop!
    Ben écoutez, pour moi la vod de Free par exemple est carrément meilleure que la vod de Voo ou de Belgacom ! Tant au niveau offre/catalogue qu'au niveau du prix (surtout pour les prix plancher à 1€ pour certains docs/émissions, ce qui n'existe pas en Belgique à ma connaissance). Puis si tu compares au prix de l'abonnement en prime, c'est vite vu lequel est le plus intéressant... J'ai déjà moins de probl à payer 5 € le film, si à côté mon abonnement mensuel est 20 € moins cher!

    Concernant le ciné, j'aurai du mal à évaluer, car je n'y vais presque jamais (ça m'énerve). Mais je pense que la pilule du prix aurait aussi moins de mal à passer chez les gens si on pouvait disposer de son achat et pas l'avoir en location 24h. (quelle différence avec une location en ce cas ?)

    Sinon, pour :

    cubik a dit :
    Ensuite, c'est bien beau de dire "Vive l'internet libre!" mais il faut bien qu'il y ait une loi qui s'applique quand même. (...) Demander l'anarchie sur le web, c'est bien gentil, mais peut-être qu'on n'en voudra plus le jour où notre barre de tolérance est dépassée.

    Est-ce que tu m'as bien lu ? Parce que c'est justement ce que je dénonce en disant "Je vais pas vous faire le coup du "Il faut un internet libre" juste avant .
    Je n'ai jamais écrit qu'il fallait un internet "anarchique" comme tu dis. Simplement, comme l'explique bien mieux que moi la quadrature du net par exemple, il y a lieu de défendre, je pense, une certaine idéologie d'internet (principalement sa neutralité), et accessoirement aussi une certaine protection de la vie privée et une retenue quand aux ripostes envisageables.

    Pour moi, il s'agit, pour donner un exemple, de rendre l'ICANN un peu plus libre et neutre, et d'éviter une mainmise des USA qui veut absolument tout contrôler... (Parce que bon, ok c'est "international", mais c'est carrément dirigé par les USA). Et puis le jour où les Etats-Unis pourront couper sans souci tout ce qui ne leur plait pas sur la toile (qui a dit la Chine ?), on verra bien où on en sera dans la liberté d'opinion et la démocratie...

    En conclusion, pour moi, la liberté d'internet et le piratage sont deux choses totalement différentes et qu'il ne faut surtout pas mélanger... même si évidemment l'un a un impact sur l'autre (mal?)heureusement

  • cubik

    07/02/2012 à 11h03

    Répondre

    Attention, je parlais d'anarchie au sens premier du terme, cad dans le sens où chacun prend ses responsabilités.
    Vu que le trollisme est intimement lié au web, je ne vois cela arriver demain >

    Mais tout ça ne nous dit pas qui devrait faire la police de l'internet du coup.

  • Lanfeust_deTroy1

    07/02/2012 à 11h34

    Répondre

    cubik a dit :
    Attention, je parlais d'anarchie au sens premier du terme, cad dans le sens où chacun prend ses responsabilités
    Autant pour moi (ou "au temps", comme vous préférez), je n'avais pas relevé la subtilité! Mes plus plates excuses

    C'est vrai que ça serait l'idéal. Mais effectivement, faut pas rêver à l'heure actuelle vu les mentalités...
    Perso, j'ai une certaine ligne de conduite quant à l'achat, le téléchargement, les DLC, etc (qui vaut ce qu'elle vaut, mais au ça a le mérite d'être logique), mais je doute que beaucoup soient dans ce cas! La plupart se contente de tout télécharger et rien payer, puis basta!

    Quant à la police d'internet, moi je trouve qu'il faudrait monter une vraie ONG internationale (et pas des trucs genre l'ICANN qui vient en fait de IANA, ex-organisme américain), et une ligne de conduite à l'échelle mondiale. Ensuite, faudrait essayer de faire un consensus mondial, style référendum, pour donner la ligne de conduite à suivre. ok ok, je rêve

    Ou bien, on donne tous les pouvoirs à la quadrature, uh uh!

  • cubik

    07/02/2012 à 11h46

    Répondre

    oui, mais problème: le droit d'auteur est loin d'être régulé de la même façon partout.
    Alors on applique quel droit? >

  • Lanfeust_deTroy1

    07/02/2012 à 11h59

    Répondre

    A vérifier (Ok, j'suis juriste mais bon, Droit International j'ai jamais trop aimé, que ça soit public ou privé, ça me faisait chi** euh, voilà voilà ), mais pour moi, la règlementation du droit d'auteur à appliquer serait celle du propriétaire des droits, donc ici l'auteur en question.

    En soit de toute façon, en Europe en tout cas (la Common Law, c'est plus complexe), le droit d'auteur reste "dans les grandes lignes" semblable, avec droit à la copie privé et interdiction de reproduction sans consentement, tout ça. En gros, télécharger un film/album, ça sera toujours condamnable, ça c'est clair!

    J'aurais rien à redire si la fermeture d'un site est décidée par une assemblée internationales de pairs. Mais ici, c'est tellement unilatéral que c'en est dingue. ça me rappelle une copine qui est partie en Chine : elle cherchait des infos sur le Droit du travail belge là-bas sur internet, et bien le lendemain, internet coupé! (véridique).

    Quand on entend ça, on se dit que parfois, c'est grave quand même

  • Islara

    07/02/2012 à 12h04

    Répondre

    Eh ben, tant de bruit pour si peu.

    C'est étonnant comme les gens essaient de défendre leur liberté là où elle est le moins en danger. Si le FBI a outrepassé ses droits, ne vous inquiétez pas, les boss pourris de MU ils vont se payer de bons avocats avec leur argent sale et il y aura une procédure on ne peut plus carrée pour qu'ils puissent se défendre.

    Les USA, même si je n'aime franchement pas trop leur système juridique, est un Etat de droit les copains. Les gars ne sont pas en Chine, en Iran, au Soudan ou en Birmanie.

    Rappel : les cow-boys ils pendaient sans procès, on n'en est plus là aux USA, ni en France, donc un peu de modération chers Krinautes.

    Bcp de gens blablatent sur MegaUpload (bon débarras) et parlent de leur liberté, mais en réalité, pour la plupart, s'ils parlent de cette histoire, c'est uniquement à cause de leur porte-monnaie. La liberté, tant que ce n'est pas la leur, ils s'en moquent. Car pour les vraies libertés, en danger dans bien des endroits de ce monde ou dans certains secteurs précis, trop peu sont nombreux à se battre. Parole d'avocate.

  • cubik

    07/02/2012 à 12h58

    Répondre

    Etat de droit... faut peut-être le dire vite.
    Sans des papiers comme le Patriot Act, qui n'est pas vraiment une loi, je pense que l'action du fbi dans ce cas aurait sans doute été déclarée comme tyrannique
    Parce que bon, il me semble avoir lu qu'ils n'avaient pas de mandat, ni rien

  • Lanfeust_deTroy1

    07/02/2012 à 13h05

    Répondre

    Oui, je trouve aussi que les américains, c'est pas le meilleur pays qui soit niveau justice et égalités...
    Puis c'est sur que si on compare l'affaire MU aux problèmes de famine/santé/exploitation/tyrannie (malheureusement, choisissez, liste non exhaustive), c'est risible, mais bon, faut prendre la mesure.

    Mais c'est vrai que cette affaire est en plus gangrénée par le passé du gars... mais il est loin d'être la pire crapule du monde aussi :/

    Par contre, un peu HS, mais Islara, t'es avocate ? Mais sérieux, ces points communs en BD, livres, jeux-vidéos et maintenant en droit commencent à me faire peur C'est excellent, hu hu !

  • Islara

    07/02/2012 à 13h22

    Répondre

    cubik a dit :
    Parce que bon, il me semble avoir lu qu'ils n'avaient pas de mandat, ni rien


    Tant qu'on n'a pas le dossier sous les yeux, on ne peut pas se fier à des on-dit. Et puis, je reste sur l'idée que les mis en cause, qu'il y ait eu des abus du FBI ou non, ont largement la possibilité de se défendre dans le système américain.

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    Par contre, un peu HS, mais Islara, t'es avocate ? Mais sérieux, ces points communs en BD, livres, jeux-vidéos et maintenant en droit commencent à me faire peur C'est excellent, hu hu !


    Oui, j'ai bien ri en effet quand j'ai vu que tu étais dans le droit...

  • cubik

    07/02/2012 à 14h12

    Répondre

    Se défendre, je ne doute pas que les dirigeants de MU impliqués pourront le faire.
    Par contre, les utilisateurs du service, même s'ils le pourront sans doute, ou plutôt contre-attaquer, je crains que pour leurs données, ce ne soit mort

  • Jade

    12/02/2012 à 16h35

    Répondre

    Pour ma part, je me demande sincèrement au nom de quoi on aurait le droit de regarder une série sur la télé, l'enregistrer, etc... Mais pas sur internet. Internet est la bête noire des majors de la musique et du cinéma, mais il n'est pas du tout clair que ce soit la raison de leurs déboires. Je n'irais jamais voir Transformers 3 et je n'achèterai jamais les rééditions à un prix exorbitant des Beatles ou Pink Floyd, internet ou non.

    Maintenant, si MegaUpload se fait de l'argent sur le dos des ayants-droit, c'est une autre histoire, mais qui ne remet pas en cause l'idée que les majors ont réagi de manière déplorable à internet, et qu'au lieu de s'adapter, ils cherchent à formater le contexte en leur faveur. Je pense qu'il y a un aspect très important de nos libertés qui est en jeu, et même si ce n'est pas la lutte contre le travail des enfants, ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'enjeu.

  • nazonfly

    12/02/2012 à 20h05

    Répondre

    Peut-être que les télés paient justement un certain prix pour avoir le droit de diffuser.
    Et puis aussi pour rappel

    1. Fast and Furious 5 (9,3 millions) (Box Office France : 2.517.576 entrées)
    2. Very Bad Trip 2 (8,8 millions) (Box Office France : 2.505.081 entrées)
    3. Thor (8,3 millions) (Box Office France : 1.692.154 entrées)
    4. Source Code (7,9 millions) (Box Office France : 710 729 entrées)
    5. Numéro Quatre (7,6 millions) (Box Office France : 667 718 entrées)
    6. Sucker Punch (7,2 millions) (Box Office France : 549 513 entrées)
    7. 127 Heures (6,9 millions) (Box Office France : 343 053 entrées)
    8. Rango (6,4 millions) (Box Office France : 1.236.792 entrées)
    9. Le Discours d’un roi (6,2 millions) (Box Office France : 3.024.322 entrées)
    10. Harry Potter et les reliques de la Mort (6 millions) (Box Office France : 5.922.309 entrées)


    Voilà quoi, tout est dit non sur ce que téléchargent les gens...

  • froo

    12/02/2012 à 20h14

    Répondre

    Ça correspond à quoi ce top 10 ? C'est les films les plus téléchargés en 2011 ?

  • nazonfly

    12/02/2012 à 21h52

    Répondre

    Oui d'après Torrentfreak.

  • cubik

    12/02/2012 à 22h58

    Répondre

    Jade a dit :
    Pour ma part, je me demande sincèrement au nom de quoi on aurait le droit de regarder une série sur la télé, l'enregistrer, etc... Mais pas sur internet. Internet est la bête noire des majors de la musique et du cinéma, mais il n'est pas du tout clair que ce soit la raison de leurs déboires. Je n'irais jamais voir Transformers 3 et je n'achèterai jamais les rééditions à un prix exorbitant des Beatles ou Pink Floyd, internet ou non.

    Maintenant, si MegaUpload se fait de l'argent sur le dos des ayants-droit, c'est une autre histoire, mais qui ne remet pas en cause l'idée que les majors ont réagi de manière déplorable à internet, et qu'au lieu de s'adapter, ils cherchent à formater le contexte en leur faveur. Je pense qu'il y a un aspect très important de nos libertés qui est en jeu, et même si ce n'est pas la lutte contre le travail des enfants, ça ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'enjeu.


    Ben je te signale qu'enregistrer la télé, on va pouvoir de moins en moins
    En effet, il n'est pas possible d'enregistrer en hd
    au niveau matériel, les constructeurs interdisent tout matos avec une entree hdmi, genre un enregistreur quelconque qui pourrait enregistrer en hd
    actuellement, les seuls trucs qui peuvent le faire, c'est les box ou autres décodeurs cable, cad des trucs hyper controlé
    le magnétoscope hd, ça n'existe pas

  • OuRs256

    12/02/2012 à 23h11

    Répondre

    nazonfly a dit :
    Peut-être que les télés paient justement un certain prix pour avoir le droit de diffuser.
    Et puis aussi pour rappel
    1. Fast and Furious 5 (9,3 millions) (Box Office France : 2.517.576 entrées)
    2. Very Bad Trip 2 (8,8 millions) (Box Office France : 2.505.081 entrées)
    3. Thor (8,3 millions) (Box Office France : 1.692.154 entrées)
    4. Source Code (7,9 millions) (Box Office France : 710 729 entrées)
    5. Numéro Quatre (7,6 millions) (Box Office France : 667 718 entrées)
    6. Sucker Punch (7,2 millions) (Box Office France : 549 513 entrées)
    7. 127 Heures (6,9 millions) (Box Office France : 343 053 entrées)
    8. Rango (6,4 millions) (Box Office France : 1.236.792 entrées)
    9. Le Discours d’un roi (6,2 millions) (Box Office France : 3.024.322 entrées)
    10. Harry Potter et les reliques de la Mort (6 millions) (Box Office France : 5.922.309 entrées)


    Voilà quoi, tout est dit non sur ce que téléchargent les gens...


    Si je n'ai téléchargé aucun de ces films, ça fait de moi une personne de bon goût ? :/.

  • hiddenplace

    12/02/2012 à 23h22

    Répondre

    Ca dépend : tu es quand même allé les voir au cinéma ?


    (je plaisante : j'en ai vu moi-même 5 dans ce top, et 5 au ciné... Et tous m'ont (plus ou moins) plu^^)

  • OuRs256

    12/02/2012 à 23h25

    Répondre

    hiddenplace a dit :
    Ca dépend : tu es quand même allé les voir au cinéma ?


    (je plaisante : j'en ai vu moi-même 5 dans ce top, et 5 au ciné... Et tous m'ont (plus ou moins) plu^^)


    J'ai été voir The King's Speech au ciné parce que j'étais en Angleterre et que je pouvais pas y échapper à l'époque. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé mais je t'avoue qu'aucun des autres films ne m'intéresse. J'ai aussi vu HP 7-2 mais uniquement en dvd.

  • hiddenplace

    12/02/2012 à 23h41

    Répondre

    Je comprends que certains ne t'intéressent pas , mais il y en a parmi eux qui valent, à mon sens, le coup d'oeil (Source code était vraiment bien fichu, et Sucker Punch, même si bcp y ont vu une bouse, je l'ai trouvé sympa dans son genre, personnellement). Enfin bref le bon goût... et les bonnes couleurs, hein, comme on dit

  • Maat

    12/02/2012 à 23h43

    Répondre

    J'ai vu Sucker punch, Source code et le discours d'un roi huhu.

  • Lanfeust_deTroy1

    13/02/2012 à 09h26

    Répondre

    J'ai ai vu 1 ou 2... et pas au cinéma...

    Par contre, faut aussi se rappeller que le monde du cinéma, surtout pour ces films là, ne se portent pas si mal...
    Faudrait pê mettre en comparaison avec les bénéfices engrangés par ces films ? J'avais lu, je ne sais plus où, que l'année 2011 avait été praticulièrement juteuse en France pour les scores au cinéma. (et je suis belge, donc je ne dis vraiment pas ça pour me lancer des fleurs)

    Et aussi, l'amalgame fait au moins mille fois, particulièrement par les majors : un film téléchargé NE VEUT PAS DIRE une place de ciné non-achêté ! Idem avec les softwares : c'est pas parce qu'on télécharge un truc qu'on l'aurait forcément achêté sans ça...

  • nazonfly

    13/02/2012 à 09h44

    Répondre

    Sur les soft, c'est vraiment de l'hypocrisie. Attends moi j'l'aurais pas acheté Photoshop. Bah ouais mais tu l'utilises de façon illégale. Faites comme moi, passez à Linux, vous n'aurez plus ce genre de cas de conscience.

  • naweug

    13/02/2012 à 10h04

    Répondre

    Cas de conscience ? Je dors bien la nuit, moi...

  • cubik

    13/02/2012 à 10h53

    Répondre

    nazonfly a dit :
    Sur les soft, c'est vraiment de l'hypocrisie. Attends moi j'l'aurais pas acheté Photoshop. Bah ouais mais tu l'utilises de façon illégale. Faites comme moi, passez à Linux, vous n'aurez plus ce genre de cas de conscience.


    mais ouais, linux, c'est la vie, même s'il faut ruser pour les jeux

  • Lanfeust_deTroy1

    13/02/2012 à 10h58

    Répondre

    Pareil que Naweug, perso je dors très bien la nuit

    Puis pour les soft, j' avais principalement en tête les jeux vidéos que tu télécharges parce que t'es curieux ou que tu veux voir un peu ce que ça vaut. (Pour moi, c'est typiquement une série de FPS qui sort annuellement, par exemple).

    J'y joue un peu, mais je l'aurai jamais achêté si je n'avais pas pu le télécharger...

  • Jade

    13/02/2012 à 13h05

    Répondre

    Je suis bien conscient que les chaines télé paient pour diffuser des émissions. Je me demande juste pourquoi un tel système n'a pas été mis en place sur internet, et pourquoi la répression prime sur la libre diffusion. D'ailleurs, à ce propos, la rémunération effectuée par les chaines télé se fait sur un taux d'audience estimé. Un système similaire serait parfaitement envisageable sur internet, et certainement plus précis, car possibilité de connaitre le nombre exact de visualisation. C'est le principe du nouveau youtube, auquel ne goûtent que très peu les studios de cinéma, apparemment.

  • cubik

    13/02/2012 à 13h06

    Répondre

    Sauf que les chaînes télé sont nationales, pour la plupart
    les videos sur le web... Va demander à un indonesien de payer pour diffuser ses videos de chat >

  • Jade

    13/02/2012 à 13h17

    Répondre

    Mais je dis pas qu'il faut payer pour mettre en ligne des vidéos de chat. Ça n'a d'ailleurs aucun rapport. Le distributeur peut tout à fait mettre en ligne le film ou autre lui-même et se voir rémunérer au nombre de clics, de la même manière qu'une chaine de télé paie son film au nombre estimé d'audience. Ensuite, on distribue bien des films à l'échelle mondiale sans problème, pourquoi cela serait-il un problème quand internet rentre en ligne de compte ?

  • cubik

    13/02/2012 à 13h22

    Répondre

    Alors déjà, dans un cas tu peux planifier les diffusions alors que dans l'autre, pas.
    Ensuite, je ne vois pas bien le rapport entre un hébergeur qui se fait rémunérer au nombre de click et une chaîne de télé qui paie pour être diffusé. Tu peux préciser stp parce que c'est pas très clair.

    Sinon, pour la diffusion mondiale des films, je doute qu'elle soit effectivement complètement mondiale, et elle se fait pays par pays, je pense.

  • naweug

    13/02/2012 à 13h29

    Répondre

    Oui, c'est bien pays par pays.

  • nazonfly

    13/02/2012 à 13h51

    Répondre

    Jade a dit :
    Je suis bien conscient que les chaines télé paient pour diffuser des émissions. Je me demande juste pourquoi un tel système n'a pas été mis en place sur internet, et pourquoi la répression prime sur la libre diffusion. D'ailleurs, à ce propos, la rémunération effectuée par les chaines télé se fait sur un taux d'audience estimé. Un système similaire serait parfaitement envisageable sur internet, et certainement plus précis, car possibilité de connaitre le nombre exact de visualisation. C'est le principe du nouveau youtube, auquel ne goûtent que très peu les studios de cinéma, apparemment.


    C'est sûr que les chaînes de télé, comme du reste l'ensemble de la culture, n'a pas vu venir le coup d'internet. Et les modèles économiques manquent à l'appel.

    Sur le web, comme du reste à la télé, il y a si je ne m'abuse deux façons de se faire du blé en diffusant des trucs :
    - un abonnement comme Canal ou sur internet comme Arrêt sur Images (40.000 abonnés d'après Wiki).
    - l'éternelle pub (en sachant ici que la pub sur internet rapporte moins que celle à la télé si je ne m'abuse)

    Mais maintenant que l'internaute moyen a l'habitude de télécharger ses séries sur le web, va-t-il payer pour avoir la même chose ? Voire de moins bonne qualité ? Et surtout combien est-il prêt à y mettre ? Les modèles publicitaires n'ont, il me semble, pas montré qu'ils étaient valables (l'exemple de Deezer ???).

    S'il faut faire une différence pays par pays, c'est normalement possible : il y a déjà sur Youtube des contenus accessibles ou pas selon le pays dans lequel on réside.

  • gyzmo

    13/02/2012 à 13h58

    Répondre

    Ce qu'il y a de pratique avec les séries tv étrangères qui sont téléchargeables, c'est le fait d'avoir la possibilité de les voir en version originale, en quasi live, non censurées et débarrassées des innombrables coupures publicitaires !

  • naweug

    13/02/2012 à 14h11

    Répondre

    Je suis tout à fait d'accord avec Gyzmo. Par contre, côté qualité de l'image, c'est très très variable (surtout quand on voit la taille d'un épisode de série en HD, on monte très vite à 1Gb..).
    Si seulement les acteurs de la culture et les gouvernements faisaient des études réelles (et non bidon comme pour Hadopi), avec des études de marché pour voir quel modèle économique pourrait être mis en place... ça ferait avancer le débat.
    Malheureusement, aucun n'arrive jamais à le faire..

  • Lanfeust_deTroy1

    13/02/2012 à 15h55

    Répondre

    effectivement, je pense aussi qu'il faudrait une étude intelligente, surtout que faut pas oublier, pour parler série, que l'intérêt du téléchargement, c'est effectivement la rapidité, la VO et l'ABSENCE DE PUB.

    C'est clairement pour ça que je ne regarde plus rien sur certaines chaines publiques comme série! Ou que j'enregistre pour pouvoir les zapper et faire une pause quand moi je veux...

    De toute façon, à titre perso, j'ai jamais compris l'intérêt de la pub, ça m'a jamais fait acheter qqch...

  • cubik

    13/02/2012 à 16h02

    Répondre

    l'intérêt de la pub, pour le téléspectateur moyen, c'est de recevoir les programmes gratuitement

  • Guillaume

    13/02/2012 à 16h18

    Répondre

    Les séries sans pubs. Mais oui bien sûr
    A moins de payer un forfait pour y accéder (licence globale ?), c'est tout simplement pas viable pour ceux qui les font.
    Et bon, (feu) Lost et cie, ok, c'est divertissant, mais ça n'a pas vraiment de visée sociale qui pourrait justifier un financement des pouvoirs publics

  • nazonfly

    13/02/2012 à 16h51

    Répondre

    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    C'est clairement pour ça que je ne regarde plus rien sur certaines chaines publiques comme série! Ou que j'enregistre pour pouvoir les zapper et faire une pause quand moi je veux...


    Là on voit que tu n'es pas français. Parce qu'il n'y a plus de pub à partir de 20h sur les chaînes publiques justement.

  • Guillaume

    13/02/2012 à 17h10

    Répondre

    La télé ne peut pas lutter... Les séries US on a envie de les voir en même temps qu'elles sont diffusées aux US, pas 1 an après. En plus on apprécie d'avoir la VO (bon, sur certaines chaines on peut avoir la vo).
    Internet est mondial, les communications aussi, il faudrait qu'ils s'adaptent à des diffusions mondiales.

  • Maat

    13/02/2012 à 17h11

    Répondre

    A la limite, moi, la pub ne me dérange pas tant qu'il n'y a pas 10 coupures pour un épisode de 20 min. Puis que la pub est ciblée aussi, tant qu'à faire.
    Si je chope des séries sur le net, c'est clairement pour le VOSTFR ou le VOSTA et la rapidité de sortie...

  • nazonfly

    13/02/2012 à 17h36

    Répondre

    Faisons un petit calcul : la saison 3 de Mentalist a rapporté 99,8M€ à TF1 (source: http://www.jeanmarcmorandini.com/articl ... a-tf1.html).
    24 épisodes à 12,54M de téléspectateurs en moyenne.
    Il faudrait donc que chaque téléspectateur débourse 33 centimes d'euros par épisode (soit 8 € pour la saison).

    À ce prix-là, combien de séries suivriez-vous ?

  • hiddenplace

    13/02/2012 à 19h20

    Répondre

    Déjà que de toutes les séries (bon il y en a genre deux ou trois, quoi^^) que je suivais, je n'arrive toujours pas à trouver le temps de rattraper les dernières saisons.

  • Guillaume

    13/02/2012 à 19h31

    Répondre

    J avais vu un truc sympa en
    Ligne aux us : tu regardes integralement une pub de presque 2 minutes et en echange tu n as plus aucune coupure pub pendant la série.

  • Lanfeust_deTroy1

    14/02/2012 à 09h39

    Répondre

    nazonfly a dit :
    Lanfeust_deTroy1 a dit :
    C'est clairement pour ça que je ne regarde plus rien sur certaines chaines publiques comme série! Ou que j'enregistre pour pouvoir les zapper et faire une pause quand moi je veux...

    Là on voit que tu n'es pas français. Parce qu'il n'y a plus de pub à partir de 20h sur les chaînes publiques justement.

    -> Très juste! C'est vrai que cette différence se note beaucoup dans mon avis quant à la pub!
    Car en Belgique, c'est en moyenne une pub de 5 min tous les 1/4h, et ce, à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Donc en gros, c'est 1h pour un épisode de 40-45 min, et l'épisode est coupé 3 X... Je vous dis pas comment c'est gonflant...

    Puis ajoutons à ça le fait que les chaînes font n'importe quoi pour garder le spectateur, et donc rediffusent dans le désordre des épisodes d'autres saisons, etc (pas besoin de détailler, je crois qu'on s'est compris).
    C'est pas pour donner des leçons (d'autant que j'ai pas de solution à apporter), mais franchement, vous avez la possiblité de faire autrement, vous allez vous dire : non allez, je regarde la pub et sur ma chaîne TV pour faire ma B.A. ? Evidemment que non

    Franchement, faudrait revoir ce système, c'est clair qu'il prend l'eau... et on est tous d'accord, c'est pas en supprimant MU qu'on règlera le problème

    Guillaume a dit :
    J avais vu un truc sympa en ligne aux us : tu regardes integralement une pub de presque 2 minutes et en echange tu n as plus aucune coupure pub pendant la série.

    -> Là par contre, je pense qu'il y a quelque chose à faire, d'autant que ce système est utilisé avec succès pour internet (supersoluce par ex, qui paye ses serveurs comme ça: une pub à regarder par semaine par IP).
    Pui l'avantage, c'est que tu peux partir fait autre chose durant le passage de la pub avant l'épisode.

    Mais je me demande toujours de manière plus générale, quel est l'intérêt d'une pub. Par pour le consommateur, je suis pas fou, j'ai bien compris que ça payait les diffusions/rapportait du cash Mais pour le publicitaire ??
    Sérieusement, vous allez acheter qqch parce que vous l'avez vu à la TV ? Pê qqch de nouveau (et encore), mais le reste ? Perso, chez moi ça a l'effet inverse : ça me répugne la pub, j'ai moins envie d'acheter le produit car ça m'énerve d'avance!
    (alors on va me dire : "Oui, truc subliminal, toussa toussa", mais franchement, j'ai un doute...)

  • Guillaume

    14/02/2012 à 10h12

    Répondre

    Oh ne t'inquiètes pas, si les annonceurs continuent à investir des centaines de milliers d'euros en pub télé, c'est qu'ils s'y retrouvent
    Ça fait vendre car ça fait connaître les produits : si en tant que commerçant tu sors un produit mais que personne ne le sait... tu ne vends pas.
    Ça fait vendre car ça renforce l'image des marques. Notamment via le neuromarketing.

    Après, il reste qu'un mauvais ciblage n'apporte pas de bonnes ventes. C'est pour ça que souvent les pubs ne sont pas les mêmes pendant les chiffres et les lettres et pendant une série US.

    Mais ça marche, ça fait vendre. Et pas dans des proportions subliminales...
    Il y a même des études qui montrent que le combo ultime c'est spot TV + spot web.

  • Kil.Art

    14/02/2012 à 11h01

    Répondre

    Je pense que si l'on regarde l'évolution depuis la fermeture du Napster d'origine, (plus de 10 Ans déja) on voit que le contenu légal a quand même grandement évolué et n'a pas fini de répondre a la société, meme si depuis 2-3 ans, la tendance est a la répression, je ne suis pas sur que des annonceurs ne s'y retrouvent pas en proposant un jour un contenu plus exaustif.

    Quand on voit le parcours de iTunes par exemple ou de la vod , on peut esperer un jour que certains y trouveront un créneau dans le monde de la VOD HD avec notemment la possibilité d'avoir des séries ou des films Full HD en VO et ce malgré les sorties qui ont parfois des mois voir des années de retard chez nous par rapport a leur pays d'origine.

    Lorsque l'on voit la qualité du travail des team de Fansub que ce soit les séries, les anime ou les BluRay qui sortent des épisodes dans les 24-48 heures suivant leur distribution, avec maintenant des qualité d'encodage son et image qui frolent la perfection, on peut esperer qu'un site voit le jour dans un avenir proche proposant ce contenu étranger en VOD pour un cout nettement réduit contrairement au support multimédia physique.

  • nazonfly

    16/02/2012 à 09h44

    Répondre

    Où on parle de Super Bowl, de sites de streaming sportifs (le King Dotcom du secteur a été arrêté sans que ça n'émeuve apparemment grand monde) et d'attaques en plagiat : un article vraiment très intéressant sur ce qui se joue su internet (et ailleurs) dans le cadre de la propriété intellectuelle.

    http://owni.fr/2012/02/15/les-droits-ch ... superbowl/

  • el viking

    16/02/2012 à 12h13

    Répondre

    Ca devient rigolo tout ces trucs autour de la propriété intellectuelle... C'est con qu'on ne voit pas des trucs pareils en cours...

  • Guillaume

    22/02/2012 à 11h35

    Répondre

    Kim Dotcom a été libéré sous caution.

  • nazonfly

    22/02/2012 à 16h20

    Répondre

    Et la fin de Megaupload profite aussi aux vidéoclubs.

    http://www.europe1.fr/France/La-fin-de- ... bs-956615/

  • nazonfly

    26/07/2012 à 11h25

    Répondre

    Je ne sais pas si vous avez vu mais Kimdotcom a fait une chanson (mauvaise) pour interpeller Mr President en se posant en défenseur de la liberté sur internet et ailleurs, de la liberté d'expression, de la paix. Und so weiter.

Participer à la discussion

Nous nous réservons le droit de ne pas publier les commentaires qui ne nous semblent pas appropriés (netiquette, loi, point godwin, imbécillité profonde, etc.). Et ne venez pas crier à la dictature !

Vous allez commenter en tant qu'invité-e :

Rubriques